interview-lycia-diaz

L’interview #2 : Lycia Diaz – La-webeuse.com

Amis détectives, bonjour !

Aujourd’hui je suis très (très) content de recevoir Lycia Diaz, du blog La-Webeuse

Spécialiste WordPress, formatrice en entreprise, enseignante à la Fac, organisatrice d’événements Web, sommelière, ancienne directrice de restaurant étoilé, auteure du livre « Je crée mon site web avec WordPress » aux éditions Eyrolles…

La question n’est pas qu’est-ce que fait Lycia, mais plutôt qu’est-ce qu’elle ne fait pas ?!

Sur son blog, elle nous parle de WordPress évidemment, mais également de SEO, d’entrepreneuriat, de business en ligne… avec un style toujours léché et agréable à lire. 

Elle m’a gentiment ouvert les portes de son blog en avril dernier, pour un article invité “Comment et pourquoi créer un blog de niche”, et depuis c’est toujours un plaisir d’échanger avec elle. Ouverte et accessible, elle a toujours beaucoup de valeur à apporter.

Allez c’est parti !

1) Bonjour Lycia ! Merci d’avoir accepté l’invitation 🙂 

Comment vas-tu ?

Comment se sont passé les derniers mois pour toi et ton activité ?

Merci Adrien pour l’invitation sur Niches Détective, c’est un honneur pour moi !

Alors pour répondre à tes 2 questions : je vais plutôt bien et les derniers mois de mon activité ont juste été fous !

Je crois que « fou » est le bon mot. J’imagine que c’est le cas de la plupart des entrepreneurs du Web. La tendance actuelle, la crise sanitaire et tout ce qui s’en suit ont fait bouger les choses. On dirait que les mentalités changent et que les gens se tournent de plus en plus vers le Web. Soit pour en faire commerce, soit pour se digitaliser.

J’ai alors eu beaucoup de boulot ces derniers temps. La rédaction de mon premier livre papier qui va sortir prochainement chez Eyrolles m’a mobilisé une bonne partie de l’année. 

Je ne sais pas si le travail de ces derniers mois est vraiment dû à l’actualité « Covid » ou si c’est parce que cela fait 5 ans que je suis freelance et que le business commence à bien tourner.

On dit qu’il faut 3 ans pour voir si une entreprise est vivable/rentable et je pourrais le confirmer, depuis 2 ans, tout s’accélère.

2) Peux-tu présenter brièvement ton parcours pour les lecteurs qui ne te connaissent pas? 

Retrouver le parcours complet de Lycia sur sa page à propos (allez-y c’est vraiment inspirant)

Oula ! Tu fais bien de dire « brièvement » car en effet, je ne sais pas trop par où commencer. 

Quand tu dis, en début d’article, « la question n’est pas qu’est-ce que fait Lycia, mais plutôt qu’est-ce qu’elle ne fait pas ?! » ça me rappelle une fois où j’avais postulé à un poste de Sommelier dans un restaurant étoilé, à Marseille, j’étais encore toute jeune… 

Lorsque le patron m’a convoqué pour un entretien et a vu mon CV, il m’a regardé et m’a demandé pourquoi j’avais été pâtissière, sommelier, chef de rang… et pourquoi j’avais un BEP/CAP cuisine, une mention complémentaire Sommellerie et un BTS Art Culinaire… 

Si tu étais dans le milieu de la restauration, tu comprendrais que ce parcours est trop disparate, presque suspect. Ce poste, je ne l’ai pas décroché. Le patron ne comprenait pas comment un parcours pouvait être aussi diversifié et il avait certainement pressenti que j’avais la bougeotte !

Eh oui, même à 20 ans, j’aimais découvrir, explorer et me dépasser. Alors, j’ai tenu de nombreux postes et relevé de nombreux défis dans le monde de la restauration de luxe. Mais quand j’avais fini de faire le tour d’un poste, j’avais besoin de plus… 

Et puis un jour, j’ai découvert le Web et depuis, il satisfait tout à fait ma soif d’apprendre.

J’enseigne ou je partage mes connaissances au quotidien, que ce soit dans mes cours, mes formations ou mes articles de blogs mais ce qui est fou, c’est que j’apprends en même temps, encore et toujours. C’est ça qui est vraiment cool.

3) Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer corps et âme dans WordPress ? 

Quand j’ai quitté la restauration et que je me suis trouvé une passion pour le Web, j’avais très peu de connaissances dans le domaine. J’ai alors commencé à vendre mes services de Community Manager mais de nombreux clients me demandaient si je faisais aussi des sites Web. La réponse était NON, bien sûr ! Je n’avais aucune idée de comment créer un site Web. Mais j’avais envie de cela !

J’ai alors commencé à faire des recherches sur le Web. J’ai commencé à trouver des articles qui parlaient de WordPress. À l’époque, je ne comprenais même pas la différence entre WordPress.com et WordPress.org. Je ne savais pas ce qu’était un nom de domaine ni un hébergeur. Bref, tu vois un peu !

Alors, j’ai commencé à suivre quelques tutoriels, à créer un premier blog (un peu bidon) et puis je voyais bien qu’il me manquait pas mal de compétences… J’ai alors utilisé mon DIF (à l’époque) pour me payer 4 jours de formation WordPress. C’était en 2014.

À partir de là, j’ai commencé à comprendre un peu mieux cet univers (même si c’était encore bien flou) et je n’avais qu’une hâte : « à quand mon prochain site WordPress ? »

4) A quel moment est arrivé La-Webeuse ? Ton blog était-il destiné à t’apporter du lead à court terme ? 

Comme je te le disais, j’ai découvert WordPress en 2014 (en août) et j’avais vraiment envie de créer régulièrement de nouveaux sites web, mais quand tu commences, tu n’as pas de clients, n’est-ce pas ?

Il me fallait donc des cobayes, mais je n’en avais pas beaucoup. Alors, j’ai pensé : « tu n’as qu’à te créer un blog ».

C’est donc un peu par hasard que La Webeuse est née en décembre 2015. 

Je n’avais pas de grands espoirs pour ce blog et quand tu me demandes s’il était fait pour générer des leads, j’ai envie de te dire que je ne connaissais même pas ce terme à l’époque ! Lol…

5) Est-ce que tu savais dès le début ce que tu allais vendre à tes futurs clients ? Quelle fut ta stratégie de développement commercial au démarrage ?

Mais non ! Je suis bidon de ce côté-là ! 

Si j’avais su, à l’époque, tout ce que je sais aujourd’hui, je serais peut-être riche ! MDR. Mais j’ai perdu tellement de temps avec des mauvaises décisions, des choses qui impactent le SEO, une méconnaissance de la monétisation de blogs, etc…

Donc pour répondre à ta question : aucune stratégie. J’apprends en même temps que je teste et je partage mes bons plans à mes lecteurs, pour leur éviter de perdre du temps comme moi je l’ai fait.

Chaque étape de ma vie de freelance, chaque cas client, chaque apprentissage ou découverte fait l’objet d’un article sur mon blog. L’idée est de transmettre, pour aider les gens à avancer plus efficacement que moi !

6) Comment as-tu obtenu tes premiers clients ? Prospection à froid ? 

As-tu bénéficié de ton réseau existant, ou es-tu parti de zéro ?

Oui, clairement mes premiers clients proviennent de mon ancien réseau d’amis/connaissances. En d’autres termes : à chaque fois qu’un restaurateur a besoin d’un site web, c’est Lycia qui est recommandée !

Du coup, je me suis spécialisée dans la création de sites web pour les restaurateurs, hôteliers et autres métiers de bouche. C’est mon dada.

C’est le fil conducteur qui me relie à mon « ancienne vie ». Et mes clients aiment ça car je parle leur langage. Je sais ce qu’ils ont besoin sur leur site, je sais qu’ils n’ont pas de temps à consacrer au web et ils savent qu’ils peuvent me téléphoner ou m’envoyer un SMS les dimanches, les jours fériés, à Noël, au jour de l’an, etc. Je suis là… Ce n’est clairement pas le cas d’une agence Web !

7) Comment vois-tu l’avenir des blogs ? 

Je ne sais pas trop. Ce n’est clairement pas « mort » comme certains aiment le dire mais je dois t’avouer une chose : un jour, j’ai posé une question à mes élèves de la FAC : « qui lit des articles de blogs pour se documenter ? » … Et j’ai eu que 3 ou 4 mains levées sur une soixantaine d’élèves… C’est effarant, effrayant, consternant… Tu veux d’autres adjectifs ?

YouTube a pris clairement le pouvoir. Mon fils de 8 ans et demi veut, lui aussi, « devenir YouTubeur ». Est-ce que cette nouvelle génération nous lira ? Est-ce que Niches Détective et La Webeuse pourront encore plaire dans 10 ans ? Je ne sais pas.

Toujours est-il qu’une part des lecteurs de La Webeuse sont des personnes d’âge mûr. Comme quoi, il en faut pour tout le monde. Par exemple, de nombreux retraités ont envie de créer un site web, la plupart du temps c’est pour une association dont ils s’occupent ou ils ont simplement envie d’apprendre et éventuellement arrondir leur fin de mois. Alors, je me dis qu’il y aura encore du monde qui nous lira dans quelques années.

8) “La part de marché de l’e-Learning mondial est aujourd’hui de plus de 190 milliards de dollars. On estime que d’ici 2025, il devrait atteindre les 325 milliards de dollars. C’est un marché en pleine expansion” Source : callimedia.fr

Qu’est-ce que cela t’inspire ? 

Ah ben tu tombes bien !

Je vends mes ebooks-formation sur mon blog depuis 2017 mais il y a quelques jours, j’ai décidé de migrer vers une plateforme plus conventionnelle et plus conviviale. Mes ebooks-formations sont maintenant vendus sur Didacte. Tu connais ? (Il s’agit d’une plateforme Québécoise qui offre un service très correct avec un tarif abordable et un support d’excellente qualité). L’idée est de proposer, très prochainement, une version vidéo de mes ebooks.

Je souhaite, en fait, offrir un parcours d’apprentissage encore plus « pas à pas », comme je le fais en présentiel. Avec ma boutique classique, cela n’était pas possible.

Donc, oui le e-learning est en pleine expansion, mais attention à ne pas vous faire avoir…

9) On voit de plus en plus des infopreneurs lancer des formations, mais tous ne triomphent pas. Le marketing, l’image de marque et la confiance vont devenir réellement indispensables pour avoir des résultats, penses-tu que cela va (enfin) enterrer les vendeurs de rêve ?

Les vendeurs de rêve existeront tant qu’il y aura des gens qui ont besoin de rêver !

Si tu savais comme certains me font bien rire ! Pourtant, certains se font vraiment beaucoup de fric sur le dos des crédules. C’est comme ça. Internet est aussi là pour ça…

Il y a du bon et du mauvais partout.

Je vais t’avouer une chose : j’achète quelques formations en ligne chaque année, non pas pour apprendre, car c’est loin d’être toujours le cas, mais plutôt pour voir ce que les gens (les infopreneurs) osent vraiment vendre ! Je suis rarement agréablement surprise, malheureusement ! 

Ce qui me fait rire (jaune) ce sont les gens qui disent qu’ils vendent une « formation » alors que ce n’est rien de plus qu’un « livre blanc » ! Il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Bref, certains osent vendre des « choses » sans grand intérêt que j’aurais honte d’appeler « formation ». Désolée si j’en choque certains…

Quelques fois, ces produits numériques coûtent cher et ne donnent pas toujours les bonnes pratiques ou les bons conseils : nous ne sommes clairement pas en face « d’experts » mais plutôt en face de « marketeurs en herbe », des pseudo-gourous, quoi. Il faut donc être vigilant lorsque vous voulez acheter ce type de « formation ».

10) Quel est ton meilleur conseil pour quelqu’un qui hésite à lancer son blog ? 

J’encourage les gens à créer un blog que s’ils sont conscients du travail engendré. Toi et moi savons que ce sont des heures de boulot. Rien qu’un article demande des heures !

Prenons l’exemple de cet article. Tu m’as contacté et tu m’as envoyé ce questionnaire, je suis curieuse du temps qu’il t’a fallu pour me poser toutes ces questions. Elles ne sont pas anodines, tu poses de bonnes questions, tu as dû faire des recherches, etc. Cela a dû te prendre un certain temps.

Et moi, combien de temps crois tu qu’il m’a fallu pour y répondre ? Et pourtant, ce n’est qu’un « article invité » qui ne nécessite pas de recherches spécifiques, de chiffres ou de ressources.

Et lorsque tu es venu sur mon blog pour parler des « blogs de niche », combien de temps t’as-t-il fallu pour le rédiger ?

C’était un article colossal qui s’est rapidement bien positionné sur Google et qui, je l’espère, te rapporte un peu de trafic et de retour sur investissement ! 

Regarde, ton article sort en première position sur Google avec la requête « blog de niche » (en navigation privée) :

Bref, lorsque je forme des gens, rares sont ceux qui ont vraiment envie de faire ce que toi et moi faisons…

Donc, je n’essaye jamais de convertir un non-initié à devenir blogueur. J’apprends aux gens à créer leur site et si l’un d’entre eux évoque le souhait de tenir un blog, alors là, je saute sur l’occasion pour lui enseigner tout ce que j’ai appris !

Et l’éternelle question : faut-il choisir une niche qui nous passionne, ou une niche en fonction de son potentiel commercial ? 

Je pense qu’il faut absolument être passionné avant de se lancer dans une niche, pour toutes les raisons évoquées précédemment…

Par exemple, une niche qui, je pense, marche bien est la mode. Mais je ne me vois tellement pas bloguer au sujet de la mode ! Comment écrire des articles qui convertissent si tu n’as aucune affinité ?

Donc je pense qu’il faut regarder autrement : je suis passionnée par X, j’explore comment le monétiser. Voilà comment une niche peut naitre.

Par exemple, tu es passionné par le jardinage, tu recherches comment tu pourrais le monétiser, ensuite tu lances ton blog. C’est comme ça que je vois les choses.

11) Quelles sont selon toi les causes principales d’échec dans le blogging ?

Je crois savoir exactement pourquoi les blogueurs échouent : ils ne persévèrent pas. Sais-tu que La Webeuse était encore inconnue au bataillon en 2018 ? Trois ans après son lancement !

Pourtant, ce blog est maintenant positionné sur de nombreux mots-clés en première page.

Si j’en crois SEMRush, mon blog aurait 138 mots-clés positionnés dans le top 3 de Google et 270 dans le top 4-10, à l’heure où j’écris ces lignes. Ce qui fait environ 400 mot-clés en première page de Google si on estime qu’une page compte 10 résultats. C’était loin d’être le cas au début, crois-moi !!! Et je suis sûre qu’il est possible de faire encore mieux…

la webeuse
la webeuse

Mais au-delà de la persévérance, il y a une question de savoir-faire, d’expertise et de régularité

Tenir un blog ne signifie pas seulement d’écrire un article de 300 mots, il faut savoir parler à son audience, connaitre ce qu’elle recherche et ce dont elle a besoin. Et au-delà de cela, il faut savoir plaire à Google : structurer ses articles, connaitre les bonnes pratiques de la rédaction Web, flairer les bons sujets et les bonnes requêtes (mot-clés)…

Certains disent « mais si tout le monde sait ce qu’il faut faire pour être en première page de Google, il n’y aura bientôt plus aucune place » mais je crois en fait que peu de monde se donne la peine de rédiger de « vrais et bons articles de blog » pour ranker. 

Donc les places sont toujours disponibles si tu arrives à faire mieux que ce qui existe déjà dans la SERP : c’est l’objectif que doivent tenir les blogueurs qui ne veulent pas échouer.

Il ne faut pas perdre de vue que tout cela est long et qu’il faut être têtu et patient.

12) Qu’est-ce que tu ferais si demain tu devais repartir de 0 ? (pas de trafic, pas de réseau, pas de compétence)

Si je devais repartir de zéro aujourd’hui avec ce que j’ai appris ces dernières années, ce serait bien plus simple qu’à mes débuts, c’est sûr ! 

Je crois que la réponse que je vais te donner va vraiment te plaire : si je devais repartir de zéro aujourd’hui, je choisirais une niche très ciblée qui répondrait à des besoins très spécifiques et à une toute petite partie de la population.

Je chercherais un marché qui me passionne et qui n’offre pas de réponse encore satisfaisante au public-cible qui a des besoins certains.

Voilà ce que je ferais. 

Je créerais un blog sur un thème spécifique dans un thème déjà spécifique. C’est un peu ce que j’ai fait avec mon deuxième blog Astuces Divi qui ne parle que du thème WordPress Divi.

Certains m’ont déjà demandé : « pourquoi n’as-tu pas créé une catégorie Divi dans ton blog La Webeuse qui est déjà bien positionné sur Google », d’autres m’ont dit « pourquoi n’as-tu pas créé un blog sur les thèmes WordPress en général, dans lequel tu pourrais parler de Divi ? ».

La réponse est simple : le SEO. Une niche se positionne clairement mieux qu’un blog fourre-tout.

Rien de pire qu’un blog Lifestyle, tu vois l’idée ?

Pareil si je devais ouvrir un e-commerce qui expédierait des produits physiques. Je créerais, par exemple, une boutique en ligne qui vend uniquement de l’ail rose de Lautrec ou une boutique qui vend uniquement des vins du Valais (en Suisse) plutôt qu’une épicerie fine qui vend un peu de tout. Lorsqu’un internaute saisira « Ail rose de Lautrec » dans Google ou « vins du Valais », je te pari que ce site sortira en premier ! 

C’est ce qu’on appelle « la spécialité », cela se rapproche de l’expertise et cela a plus de valeur.

En milieu de cet article (question 6), je t’ai dit que je faisais beaucoup de sites pour des restaurateurs. En fait, je ne fais des sites QUE pour des restaurateurs, là est la différence. Si un plombier me demande de faire son site, je refuse. Cela me permet de me placer dans une niche et je deviens au fil du temps une experte.

Pour les business en ligne, c’est la même chose, plus ton blog/site est spécialisé, plus il a de chance de sortir du lot.

13) Quel est ton blogueur/entrepreneur préféré et pourquoi ?

Les entrepreneurs que j’admire le plus sont certainement les « blogueurs éthiques », ceux qui bloguent par passion et pour transmettre quelques choses. Peu importe s’ils monétisent leur blog et comment ils le font mais je sais ce que c’est que d’écrire des articles à forte valeur ajoutée et je sais le temps que ça prend. Peu de gens peuvent l’imaginer.

Donc pour ne citer que quelques-uns, je pense à toi (tes articles sont toujours bien documentés et aident de nombreux internautes), à Jean Lochet de Pour Pas Un Rond, à Alexandre Marotel du blog Twaino, à Cécilia Diaz de Digitoucan et sûrement d’autres que j’oublie. Ces personnes-là apportent de vrais conseils et ne font pas semblant. En gros, ils ne se foutent pas de la gueule des gens (désolée pour ces mots).

Qui n’est jamais tombé sur un article qui offre un titre prometteur et qui est si décevant quand on le lit ? J’ai la rage quand ça m’arrive… C’est bien dommage, l’internet actuel a grand besoin de s’améliorer. Bref..

14) Quel est ton plat préféré ? Quel est ton vin préféré ?

Ola ! Tu parles à une ancienne de la restauration ! Alors tu ne sais pas dans quoi tu t’engouffres 😉

J’ai envie de te dire que je mangerais bien une entrée à base d’artichaut, par exemple, des artichauts Barigoule. Et en plat, je prendrais bien un ris de veau avec une poêlée de girolles. Voilà mon menu idéal. Je l’accompagnerais avec un bon blanc de Bourgogne. Si j’ai le budget (car ce n’est pas donné), je me prendrais bien un petit Beaune Clos des Mouches blanc (de la maison Chanson ou Drouhin par exemple). Il a des notes de pain grillé, c’est un vrai nectar.

15) Quelles sont tes activités favorites durant ton temps libre ? 

Je n’ai pas beaucoup de temps libre malheureusement !

Mais quand j’ai du temps, j’adore aller dans des Meetups ou des WordCamps. J’aime me faire des petites escapades gastronomiques de temps à autres. Et plus régulièrement, j’aime bien « perdre mon temps » à regarder des séries à la noix. J’aime tout ce qui est un peu gore, du genre Zombie, ça m’aide à décompresser, c’est tellement captivant ! Je suis fan, j’ai regardé toutes les saisons de toutes les séries du genre qui pouvaient exister 🤣

16) Quelle musique passe en boucle dans tes écouteurs en ce moment ? 🙂

Je ne sais pas pourquoi tu poses ce genre de question (LOL), tu risques d’être tellement déçu !!! Hi hi hi.

En ce moment, je tourne en boucle avec 3 titres : 

  • Bande Organisée de 13’Organisé : un peu vulgaire, je te l’accorde, mais c’est trop bon ! Et puis, ce sont des chanteurs de chez moi, faut bien les soutenir !
  • La fièvre de Julien Doré : cette chanson m’envoûte. Les paroles sont supers et Julien est toujours très subtile.
  • Coup de Blues – Coup de soleil de Big Flo & Oli : je les adore ces deux-là ! Si jeunes et si talentueux. Toutes leurs chansons sont extras. J’écoute souvent leur album.

J’aime aussi beaucoup Soprano, c’est mon chouchou 😉

Mais ce que j’écoute en boucle aujourd’hui ne le sera certainement plus dans quelques jours ou semaines. Le domaine du disque est aussi très éphémère, c’est un peu comme nos articles de blog, même si on fait de notre mieux pour qu’ils soient intemporels.

Ces chanteurs doivent toujours évoluer et se mettre au gout du jour, un peu comme nos blogs et nos articles, il faut les mettre à jour régulièrement pour qu’ils ne deviennent pas obsolètes. Le fais-tu ? Voilà encore un boulot que l’on parle peu : écrire c’est bien, mais maintenir l’intérêt pour chaque article publié (« evergreen content »), c’est aussi un travail monumental et régulier !

Mille mercis Lycia ! = c’est moi que te remercie !

Note : Retrouvez Lycia et son parcours dans l’article “21 experts partagent leurs secrets pour créer un blog rentable” publié en Avril dernier sur Niches Détective.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *